Le site universitaire de 1995 à nos jours

Le choix du site

Maison centrale de Nîmes : Atelier vide (?). - [S.l.] : [S.n.], 1991. ©ENAP
Maison centrale de Nîmes : Atelier vide (?). – [S.l.] : [S.n.], 1991. ©ENAP
L’idée de reconversion du fort Vauban en site universitaire est lancée par Jean Bousquet lors de la campagne municipale de 1982. Il faut trouver une nouvelle destination à ce bâtiment alors que la Maison centrale de Nîmes doit être fermée et transférée à Tarascon et à Arles.

L’objectif de la ville de Nîmes avec la localisation de l’Université dans le fort est de redynamiser son centre-ville avec une vie estudiantine. Malgré de fortes réticences, la ville obtient l’adhésion des autres intervenants au projet et rachète en juin 1990 le site de trois hectares au ministère de la Justice. L’État confie la maîtrise d’ouvrage du projet de transformation de l’ancienne prison en site universitaire à la Région Languedoc-Roussillon dont le financement est réparti entre l’État (33%), la Région (33%) et la Ville et le Département (33%). Le budget d’acquisition et de travaux s’élève à 114 MF (24 M€ environ) et les travaux débutent en 1993.

Le concours d’architecture

En août 1991, la Région organise un concours d’architecture. L’Agence d’Urbanisme rédige une partie du cahier des charges en insérant le réaménagement du fort Vauban dans un grand projet de redynamisation du quartier Gambetta (logements, transports, espaces publics). Bien que le site ne soit pas classé monument historique, l’architecte des Bâtiments de France est également sollicité pour déterminer les bâtiments à conserver (comme le portail d’entrée par exemple) et ceux qui peuvent être détruits.

Cinq candidats ont participé à la 1ère phase du concours : Kroll, Reinchen et Robert, Fontès, Andrea Bruno et Thurnauer Aygalinc. Deux types de vision s’opposent : certaines équipes projètent de ne construire que dans la partie la plus récente au nord (actuelle pinède), laissant le site historique intact tandis que les autres envisagent de lourdes réhabilitations voire la démolition de certaines parties.

Dessin préparatoire de l'architecte Andrea Bruno
Dessin préparatoire de l’architecte Andrea Bruno

La volonté de la ville, comme pour l’ensemble de ses projets (ex. Carré d’Art), est de créer un véritable dialogue entre l’architecture contemporaine et le patrimoine historique, il est donc important que la réhabilitation s’intègre pleinement au fort. Trois équipes participent donc à la seconde phase et apportent les précisions qui tiennent compte de cet enjeu. C’est finalement l’équipe de l’architecte italien Andrea Bruno qui est lauréate avec un projet ouvert sur la ville, respectueux du site et de son histoire et comprenant des ajouts contemporains mais réversibles.

Le site universitaire

Le site universitaire Vauban ouvre à la rentrée 1995 et accueille un millier d’étudiants.
8 Diplômes d’Études Universitaires Générales (DEUG, équivalent à la 2ème année de Licence) sont proposés en Lettres et Sciences humaines et sociales venant compléter l’offre de formation présentes à Nîmes depuis 1968 avec les composantes des trois universités montpelliéraines.

Dès 2002, le Centre Universitaire de Formation et de Recherche (CUFR) est créé avec la volonté de conférer une autonomie et un statut juridique au site nîmois réunissant alors toutes les composantes universitaires présentes à Nîmes, en dehors de l’Institut Universitaire de Technologie de Nîmes et l’antenne de médecine.

Cour centrale Université de Nîmes ©UNÎMES
Cour centrale Université de Nîmes ©UNÎMES

Le site Vauban est aujourd’hui le siège administratif de l’Université de Nîmes dont les statuts définitifs ont été publiés en mai 2012. Ce sont aujourd’hui plus de 4000 étudiants qui bénéficient des formations de la licence au doctorat en Droit-Economie-Gestion, Psychologie- Lettres-Langues-Histoire et Sciences et Arts.

En plus des enseignements et de la recherche, le site accueille de nombreux événements ouverts au public : expositions, colloques, conférences… Et depuis 2014, un jardin partagé, aménagé au pied du bastion sud-ouest, est co-géré par de l’université de Nîmes, la ville de Nîmes et le centre social Emile Jourdan.

A l’horizon 2019, de nouvelles infrastructures de vie étudiante verront le jour dans la pinède poursuivant l’évolution du site Vauban en un lieu de vie universitaire : une nouvelle cafétéria, un espace santé, des installations sportives…